Aux origines des Malletiers Français, le métier de Layetier-malletier.

Share to Facebook Share to Twitter More...

Une naissance concomitante des malletiers parisiens et du tourisme.

 

encyclopédie Dictionnaire raisonné des sciences des arts des métiers diderot d'alembert malletier

Les Malletiers français tirent leur savoir-faire d’une longue expérience. Le métier était déjà mentionné par Diderot et d’Alembert dans leur Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, un des ouvrages les plus marquants du XVIIIème siècle et symbole de la philosophie des lumières.

L’origine des Malletiers en France remonte au minimum au XIVème siècle. On estime que quatre à cinq artisans coffretiers ou malletiers exerçaient leur art et fournissaient la royauté pour ses déplacements. Un statut commun est finalement conféré à différents métiers : la sellerie, la lormerie, la coffreterie et la maletterie le 25 Juin 1379. Un siècle plus tard, les sept malletiers en activité demandent à pouvoir constituer une corporation afin de mieux défendre la spécificité de leur profession, ce qui est confirmé par un arrêt de Charles IX.

Au tournant du XVIIème siècle les carrosses se multiplient alors qu’ils n’étaient que deux un siècle plus tôt en France, dont celui du roi. Les notables vont alors commencer à se faire fabriquer des malles et coffres par les coffretiers-malletiers. Les selliers deviennent quant à eux selliers-carrossiers. En 1596, par lettre patente du roi Henri IV les coffretiers-malletiers réunis en corporation, et à présent bien plus nombreux, obtiennent des statuts officiels.

outils métier coffretier malletier reconnu lettre patente henri IV avènement carrosses métier sellier carossier malle coffre

De sous-traitants « layetier-emballeur » à malletiers mondialement renommés.

 

Les premiers malletiers apparaissent réellement au milieu du XIXème siècle. Au Départ (1834), Le Grand Bazar (1843), Aux Etats-Unis (1845) et La Malle Bernard (1846) ont été les précurseurs. Mais Moynat (1849), Goyard (1853) et Louis Vuitton (1854), paradoxalement le dernier né, sont ceux qui ont monopolisé la notoriété et traversé les époques.

 

Mais leur histoire est souvent plus ancienne. D’abord layetier-emballeurs, François Coulembier Louis Vuitton et François Goyard vendent leurs savoir-faire via des enseignes fournisseurs officiels des têtes couronnées et de la noblesse. Ces artisans détiennent le cœur du métier et ne vont pas tarder à s’émanciper de leurs revendeurs.

Les Coulembier prennent possession de leur revendeur Moynat, situé avenue de l’Opéra et dont ils conserveront le nom. Les Goyard héritent du savoir-faire et de la maison de leurs maîtres Martin et Morel dont François Goyard a été l’apprenti. Il choisit son nom pour marquer la continuité, comme l’avait fait Morel avant lui, tout en se revendiquant de Martin. Louis Vuitton, créatif et appliqué, s’occupait en tant qu’apprenti des toilettes de l’impératrice Eugénie dans l’atelier parisien de Monsieur Maréchal. Avec dix-sept années d’expérience et d’expertise il décide d’ouvrir sa première boutique au 4, rue Neuves-des-capucines proche de la place Vendôme.

La révolution industrielle a multiplié les fortunes. La bourgeoisie s’est enrichie, les arrivistes sont arrivés et le voyage devient l’expression ultime du raffinement. Simultanément le développement du chemin de fer raccourci les distances et de grands voyages sont entrepris par les élites françaises et occidentales.

Dans ce contexte extrêmement favorable les malletiers vont poser la première pierre de leur formidable réussite.

Les malles innovantes du XIXème siècle.

 

Les déplacements au Moyen-Age se caractérisaient par un empilement des objets et des vêtements progressivement protégés par des coffres puis par les malles naissantes.

 

Les différences entre coffres et malles.

 

Le coffre et la malle se distinguent par la fabrication. Le coffre est fait de bois noble et lourd—noyer ou chêne—alors que la malle est faîte de bois d’usage et léger—peuplier, sapin, fruitier.

La Malle, qui est conçue pour le transport, est à l’extérieur revêtue de toile ou de cuir à l’extérieur et à l’intérieur capitonnée de papier ou de tissu. Le coffre pensé uniquement comme un contenant a un aspect plus brut.

Toujours à destin de déplacements fréquents la malle est renforcée par des ferrures et des lattes de sorte qu’elle ne se brise pas si elle venait à tomber. Le coffre bien que d’un matériau plus robuste ne résisterai pas à une chute violente sur un coin.

Des premières malles encore peu fonctionnelles.

 

malle osier malle anglaise début métier malletiermalle anglaise moynat paris 1873 malletier parisienD’abord en osier—appelées malles anglaises—elles furent inventées par Moynat qui s’inspira des bahuts anglais servant au transport du linge ou pour les piqueniques. Progressivement elles sont remplacées par les malles légères gainées de cuir mais toujours pas optimisés pour les transports et ressemblent encore beaucoup aux coffres.

L’importance des malles plates.

 

« Il faut créer des bagages novateurs et de grande qualité : luxe, fonctionnalité, innovation », Louis Vuitton.

Cette idée en tête Louis Vuitton créa l’astucieuse malle plate qui révolutionna tant le métier de malletier, que le voyage. Les malles, de toutes tailles, pouvaient dès lors contenir tout objet ou vêtement. Mais surtout les malles pouvaient désormais s’empiler dans les voitures de chemin de fer ou, se dissimuler sous la couche d’un navire de croisière.

La malle plate décloisonne par la même l’idée du contenant de voyage et va permettre toutes sortes de demandes particulières.

Les malles spécialisées, conséquence des commandes sur mesure.

 

De ces commandes spéciales vont naitre des excentricités mais aussi des nouveaux standards de voyages. Le dimensionnement extérieur comme l’aménagement intérieur vont être explorés et les malles plates vont être compartimentés pour tous les usages.

malle goyard malletier parisien bureau conan-doyle sherlock holmes
malle wardrobe coco chanel goyard malletier parisien

Les malles pour les vêtements.

 

Peu après les malles plates les malles commodes et les malles armoires (ou wardrobe) vont voir le jour. Comme leur nom l’indique ces malles sont de véritables commodes ou armoires de luxe à emporter. Elles sont spécialement compartimentées de sorte que les vêtements auxquels elles sont destinées ne se froissent pas.

malle commode au départ paris malletier parisienmalle wardrobe armoire louis vuitton mallette parisien 1920 malle armoire wardrobe goyard malletier parisien

Les malles automobiles.

 

malle limousine malle automobile moynat paris 1904 malletier parisienmalle automobile moynat 2017 malletier parisien

Longtemps après les transports ferroviaires et maritimes les malles pour transport individuel se sont finalement développés au début du XXème siècle. Moynat lança en 1904 la malle « limousine » pour automobile, spécialement incurvée pour se poser sur le toit du véhicule. Une multitude de malle automobiles sur mesure ont vu le vu jour par la suite.

Partager cet article
Share to Facebook Share to Twitter More...