Si vous ne deviez voir qu’un seul western, Il était une fois dans l’Ouest de Sergio Leone

Share to Facebook Share to Twitter More...

On préfère les spaghettis aux burgers

 

Il s’agit d’un vieux débat qu’Il était une fois dans l’ouest symbolise. D’un côté l’Europe aspire via le cinéma—et l’art—à une forme de vérité sociétale ou historique, de l’autre les États-Unis tentent d’écrire le roman de leur—courte—histoire. Ce que les européens ont fait par le passé. En somme, le point de vue dépend de quel côté de l’atlantique on se trouve. On remarquera que tant les classements, comme les prix américains, sont consacrés au cinéma américain alors que les festivals européens consacrent sur un pied d’égalité les productions mondiales.

 

western movie the searchers john ford

 

La prisonnière du désert, sans doute considéré comme le plus grand western par les américains, chef d’œuvre de John Ford, n’en est pas moins complètement erroné du point de vue historique. Il célèbre le mythe fondateur d’une conquête de l’ouest par l’homme blanc, colon légitime persécuté par les indiens. Sans ne jamais rappeler que les terres pour lesquelles ils se battent, leurs ont été volées. Mais c’est un chef d’œuvres formel qui est souvent montré comme exemple de construction de la profondeur de champ dans les plans—avec Citizen Kane, ou à chaque fois que l’on évoque l’effet de silhouettage au cinéma.

Sergio Leone un des plus grands cinéastes

 

Sergio Leone portray

Ce n’est pas par hasard si Sergio Leone et son chef d’œuvre sont dans notre Top 10 des meilleurs films de l’histoire du cinéma. Sa minutie, sa précision tant dans la pré-production qu’au moment du tournage ont fait de lui un réalisateur admiré et si souvent cité, notamment par Tarantino. Ses story-boards anticipant avec exactitude chaque plan dans l’ordre du récit, déjà cadrés découpés et montés, sont un modèle de maitrise de l’art cinématographique. Nous vous avions aussi déjà racontés qu’il faisait jouer pendant le tournage la musique qui serait mixée avec les images, permettant ainsi aux acteurs de se fondre dans le décor.

La première scène du film permet de prendre la mesure de son talent—et de son travail—tout en prenant une leçon de cinéma. Les plans sont parfaitement cadrés et composés, les mouvements des personnages chorégraphiés, la caméra ne bouge pas et laisse place à un montage du plus large au plus rapproché qui aurait énormément plu à Hitchcock. C’est bien son anticipation qui lui permet de travailler les détails avec un tel niveau de perfectionnisme.

 

Ennio Morricone cinema composer

 

 

La musique emblématique de ses films, souvent composée par le génie Ennio Morricone, a fait l’objet d’un hommage dans la scène d’ouverture d’Inglorious Basterds, la Lettre à Élise étant « westernisée ».

Rétrospective et exposition à la cinémathèque

 

C’est sans surprise que la cinémathèque, temple du cinéma, consacre une rétrospective et une exposition au réalisateur italien. L’occasion de voir ou revoir les fameux Il était une fois particulièrement l’Ouest, qui a fait l’objet d’une restauration supervisée dans le détail par Martin Scorsese. 50 ans après sa sortie, cet opus agit toujours avec autant de magie sur les spectateurs.

 

Informations pratiques

 

SERGIO-LEONE-cinematheque française paris

 

 

 

 

 

Exposition du 10 Octobre 2018 au 27 Janvier 2019.

 

 

 

 

 

 

Deux projections :

Mercredi 10 Octobre à 20h.

Samedi 10 Novembre à 20h.

 

HORAIRES

Tous les jours de 12h à 19h.

Fermeture hebdomadaire le mardi

 

S’Y RENDRE

 

51 rue de Bercy

75012 Paris

Tel : 01.71.19.33.33

 

Métro

Lignes 6/14 Bercy

 

TARIFS

 

Billetterie en ligne

 

Entrée Exposition

Plein tarif : 6,5 €
Tarif réduit : 5,5 €

Libre Pass : 11,90€ /mois

Partager cet article
Share to Facebook Share to Twitter More...