Quoi regarder les longues après-midi ou soirées d’hiver ? La trilogie Doinel de Truffaut

Share to Facebook Share to Twitter More...

On se demande souvent ce que l’on peut regarder les longues après-midi ou soirées d’hiver, quand on ne souhaite pas quitter le lit ou le canapé, parce qu’il fait sombre et froid. Il y a la tentation de regarder la saison entière d’une série ou de revoir des classiques comme Casablanca, des sagas comme Star Wars.

 

C’est presque la trilogie la plus célèbres du cinéma, mais il faut admettre qu’elle est moins populaire que la saga Le Parrain. Elle est moins célèbre aussi, parce que le personnage d’Antoine Doinel, avant de connaître l’amour est un jeune garçon turbulent dans Les Quatre Cents coups et un adolescent dans L’Amour à 20 ans.

 

Si nous avions arbitrairement choisis L’homme qui aimait les femmes dans notre Top 10, c’est parce que le personnage d’Antoine est une œuvre dans l’œuvre de François Truffaut. Un alter ego physiquement incarné par Jean-Pierre Léaud, icône de la nouvelle vague, si proche dans son parcours son tempérament et ses manières du réalisateur.

Un tout dont il est difficile d’extraire un morceau. Reste que Baisers volées, Domicile conjugal et L’amour en fuite constituent un ensemble dont la thématique est le couple.

Baisers volés – Antoine court après Christine

 

Baisers volés Antoine Doinel Detective Jean-Pierre Léaud François Truffaut

Après le vagabondage dans le Paris des années 50 quand il était un enfant perdu, Antoine rentre après avoir été définitivement réformé de l’artillerie. Il cherche Christine et l’on comprend qu’il s’était engagé pour l’oublier. Il tente de travailler comme veilleur de nuit puis comme réparateur de téléviseur ou comme détective privé, toujours avec le même succès, à une époque où l’on s’essayait à tous les métiers avant de trouver sa voie.

 

 

Christine le repousse, voit des autres hommes, puis Antoine en pince pour sa patronne alors que Christine revient maladroitement vers lui. Finalement, ils commencent la vie ensemble, dans une scène culte—à la 50èmeseconde.

« Je t’apprendrai tout ce que je sais, par exemple le coup de la biscotte. Et en échange toi tu m’apprendras ce que tu sais », Christine, Baisers Volés.

 

Distribution

 

Jean-Pierre Léaud : Antoine Doinel

Claude Jade : Christine Darbon

Delphine Seyrig : Fabienne Tabard

Michael Lonsdale : Georges Tabard

Harry-Max : monsieur Henri

André Falcon : monsieur Blady

Daniel Ceccaldi : Lucien Darbon

Claire Duhamel : madame Darbon

Catherine Lutz : Catherine

Martine Ferrière : Mme Turgan, la chef-vendeuse du magasin de chaussures

Jacques Rispal : Colin

Serge Rousseau : l’inconnu

Paul Pavel : Julien

François Darbon : l’adjudant-chef Picard

Simono : Albani, le client de l’agence

Le prestidigitateur Jacques Delord : le prestidigitateur Robert Espannet

Domicile Conjugale – La vie maritale d’Antoine et Christine

 

Christine s’arrête dans la rue pour acheter des fruits, la marchande la gratifie d’un « voilà mademoiselle », qu’elle corrige « Non pas mademoiselle, madame ». Antoine et Christine sont désormais maris et femmes. Antoine fidèle à lui-même s’essaie à un nouveau métier, plus loufoque encore que les précédents, il teint des fleurs dans la cour de leur immeuble, pendant que Christine donne des cours particuliers de violon à l’étage.

 

Domicile conjugal barbès

 

 

Antoine perd son emploi de fleuriste alors que Christine est enceinte Il rentre dans le rang en intégrant une grande entreprise américaine sur un malentendu. Il ne change pas pour autant changer, comme le montre la scène de la bibliothèque.

kyoko antoine doinel domicile conjugal Jean-Pierre Léaud Hiroko Berghauer François Truffaut

 

Au travail il rencontre la subtile et envoutante Kyoko, et pour la première fois, il trompe Christine. Elle ne tarde pas à s’en rendre compte autant que la relation entre Antoine et Kyoko ne tarde pas à se déliter. Il se concentre alors à l’écriture de son roman.

 

 

 

Distribution

 

Jean-Pierre Léaud : Antoine Doinel

Claude Jade : Christine Doinel

Hiroko Berghauer : Kyoko

Barbara Laage : Monique, la secrétaire

Danièle Girard : Ginette, la serveuse

Daniel Ceccaldi : Lucien Darbon

Claire Duhamel : Madame Darbon

Daniel Boulanger : Ténor, le voisin

Silvana Blasi : Silvana, la voisine

Pierre Maguelon : l’ami de Césarin

Jacques Jouanneau : Césarin du bistrot

Claude Véga : l’étrangleur

Jacques Rispal : M Desbois

Jacques Robiolles : Jacques

Pierre Fabre : L’employé de bureau ricaneur

Christian de Tillière : Baumel

Billy Kearns : M Max, le patron américain

Annick Asty : La mère de Marianne

Marianne Piketti : Marianne

Guy Piérault : le réparateur TV

Marie Dedieu : la prostituée Marie

L’amour en fuite – Les femmes d’Antoine

 

Christine Darbon Claude Jade Antoine Doinel Jean-Pierre Léaud taxi L'amour en fuite François Truffaut

Christine appelle Antoine pour lui rappeler que c’est aujourd’hui le jour de leur divorce. Elle lui demande aussi de conduire leur fils Alphonse à la gare pour son départ en classe de neige le soir même. Elle passe le prendre en taxi, et c’est le moment pour eux de se remémorer leur rencontre, leurs premiers baisers et leurs années de mariage, les meilleurs moments et les moins bons. Le premier divorce par consentement mutuel est prononcé.

 

 

 

Antoine croise Colette—la première femme qu’il a aimé—à la gare. A l’intérieur du train, elle lui montre son livre qu’elle s’apprête à lire pendant le trajet. Il court derrière le train en marche et monte. Ils déjeunent ensemble, et il lui raconte ses années de mariage, l’entrée de Liliane dans leur vie et son éviction. Il lui raconte aussi le sujet de son prochain roman. L’histoire d’un héros qui trouve la photo d’une très belle femme déchirée et se lance à sa recherche. Il en est tombé immédiatement amoureux. Quand il la quitte, une photo de femme reconstituée tombe de sa poche.

 

Ainsi, se referment les aventures d’Antoine Doinel, dernière collaboration des inséparables et inoubliables, Truffaut—Doinel—Léaud

Distribution

 

Jean-Pierre Léaud : Antoine Doinel

Marie-France Pisier : Colette

Claude Jade : Christine Doinel

Dani : Liliane

Dorothée : Sabine Barnerias

Daniel Mesguich : Xavier Barnerias

Julien Bertheau : Monsieur Lucien

Jean-Pierre Ducos : l’avocat de Christine

Marie Henriau : le juge de divorce

Rosy Varte : la mère de Colette

Pierre Dios : Maître Renard

Alain Ollivier : le juge d’Aix en Provence

Julien Dubois : Alphonse Doinel

Partager cet article
Share to Facebook Share to Twitter More...